Bilan : comment notre matériel survit-il au voyage ?

Nous sommes partis depuis plus de quatre mois. Quatre mois à porter nos sacs tous les jours, à utiliser les mêmes vêtements, à planter notre tente presque chaque soir… Comment s’en sort notre matériel ?

Sur le dos

Sac à dos

Nos sacs sur le dos, à CopenhagueNous sommes partis le 1er juillet avec deux sacs à dos Deuter Act-lite. Un 65+10 pour Nath, un 50+10 pour Sylvie. Un petit sac Decathlon complète l’attirail en se fixant sur le devant du 50+10. On en achètera un petit supplémentaire pour 10€ au Lidl en Ecosse.

Globalement, ils survivent tous bien. Quelques petites fragilités à déplorer au niveau des filets latéraux (la couture se décout un peu sur l’un, un micro trou – qui ne grandit pas, on touche du bois – sur l’autre). L’attache ventrale de Sylvie à lâché, probablement suite à un choc. On a pu la remplacer dans un magasin de sport pour 4€, mais ce n’est pas celle d’origine. Elle perd en flexibilité du coup…

Rien à dire sur la couverture de pluie Osprey pour le grand sac ni sur la Sea to Summit du plus petit… Si ce n’est qu’elles ne sont pas fournie avec le sac. Attention à bien tester la protection sur le sac avant de partir, certaines attaches entre le dos et le sac pouvant blesser.

Vêtements de pluie, vestes

La veste de NathChez Nath, une veste de compèt trouvée chez Mammut pour la pluie et le vent, chez Sylvie, une version Décathlon un peu moins résistante (et moins chère). Aucun réel dégat des eaux à déplorer, les bout des manches de la veste Décat’ étant quand même parfois humide. Pas de trous, pas d’accro… Un petit coup d’imperméabilisant avant le départ nous a suffit (produit à ajouter lors d’un lavage machine).

Concernant les pantalons de pluie, trouvés pour 15€ chez Décathlon (encore), ils nous ont bien servi… Mais ont parfois pris la fuite lors de pluies diluviennes. Une couture pas bien étanche et c’est le drame.

Dans la catégorie veste, nous avons également chacun une doudoune en duvet Quechua dont on est très satisfait. Ni déchirure, ni perte de plumes, on est assez confiant sur leur solidité, même en port de sac.

Autres fringues

Résistance au frottementPeu de dégâts à déplorer. Nos Tshirt mérino sont intacts, qu’ils viennent d’une grande marque ou non. Nos pantalons Quechua sont comme neuf malgré le frottement. En revanche, l’un des pulls de Nath à de nouvelles et involontaires aérations sous les bras. Le tissu étant plus léger, il n’a pas résisté aux contraintes de frottement induits par le port constant du sac à dos.

Cependant, on doit avouer qu’on a du se séparer rapidement d’une paire de chaussette complètement trouées. Choississez les biens, surtout dans votre armoire et ne faîtes pas comme nous : prendre l’ancienne paire au lieu de la nouvelle.

Chaussures

Côté chaussant, Nath choisi encore d’être fidèle à Mammut et il n’est pas déçu. Sylvie, quand à elle, à opté pour des Tecnica spécial femmes qui ne sont pas mal mais démontrent déjà quelques signes de fatigue : une couture fragile sur la languette, un lacet usé, rien de bien méchant mais quand on a utilisé la précédente paire pendant plus d’un an sans un accroc… On l’a un peu mauvaise.

Notre maison

La tente

Notre maisonNous avions choisi une MSR Hubba hubba et en étions totalement satisfaits en Irlande. Qu’en est-il maintenant ? Toujours autant satisfaits bien que nous ayons dû ajouter un petit Tarp (bâche plastique d’1m sur 2) afin de renforcer l’étanchéité du sol. Mis à part cela, la tente ne semble pas démontrer des signes d’usure anormaux : la toile se détends un peu (heureusement, elle est dotée d’un ingénieux système permettant d’adapter la tension) et les arceaux les plus court sont légèrement courbés, rien d’inquiétant quand on s’en sert tous les jours.

Le couchage

Nos lits quatre étoiles sont composés, pour chacun, d’un matelas sea to summit comfort light insulated et d’un sac de couchage Swing 700 de Valandré. De ce côté, nous transformons chaque soir la tente en nid douillet… Comprenez par là qu’on dort bien, mais que l’on récolte un nombre relativement impressionnant de plumes échappées au petit matin. Pas de perte de chaleur mais cela nous inquiète un minimum pour la durée.

Le tapis de sol, quand à lui, montre des signes de moisissures, principalement au niveau des pieds. On le gonfle pourtant toujours à la pompe. On a tenté de les nettoyer à l’eau sans succès. Malgré ça, aucune perte de confort pour l’instant… On espère que ça va durer !

La cuisine

Notre réchaud Primus Omnilite TI nous satisfait toujours autant. L’un des meilleurs investissements matériel que l’on ai fait. On verra peut-être pour un petit nettoyage graissage à l’occasion, mais rien à déclarer sur son efficacité. Il est au top et bien qu’il soit régulièrement tassé sans ménagement dans nos sacs à dos (on est pas des brutes non plus… mais notre sac nous suis partout), il n’a pas une égratignure, ni une déformation.

Matériel électronique

Appareil photo

Nous avions choisi un Olympus TG4 pour notre voyage : waterproof, résistant, discret et compact. Il fait de magnifiques photos mais après 15 jours de voyage, on a commencé à constaté l’apparition d’un cercle difus rouge au centre de certaines photos, puis l’apparition de buée à l’intérieur de l’objectif par temps brumeux. C’est a priori un défaut connu d’olympus puisqu’ils nous ont rapidement répondu de retourner l’appareil dans un revendeur olympus pour réparation.

Le problème ? Au Danemark, on découvre que la réparation peut prendre de trois à six semaines… ça fait un sacré temps d’immobilisation et on n’a pas vraiment envie de prolonger notre séjour au Danemark à cause de l’appareil photo. On décide donc de le faire réparer en Islande, oú l’on doit rester 6 semaines. Après moins de 2 semaines, il est réparé et nous pouvons à nouveau prendre des photos sans se poser de questions. On espère que la réparation durera jusqu’à notre retour !

matériel en balade chez ikeaTablette et clavier

Notre tablette Xperia Z3 compact tablet ne cesse de nous étonner. On l’utilise tous les jours et malgré cela, elle tient toujours aussi bien la charge et n’a pas une seule rayure. Cependant, on peut constater qu’avec le temps, le clapet permettant de protéger le port mini USB est plus difficile à fermer.

On complète l’attirail avec un clavier Keys to Go de chez Logitech, supposé étanche aux projections d’eau (on a pas testé). Cependant, la surface du clavier si agréable au toucher se décolle aux alentours des touches les plus utilisées, et notamment de la barre espace. Plus l’humidité ambiante est forte et plus c’est flagrant.

Téléphone

Partis avec un Crosscall spider X4, nous avons échangé au Danemark pour un smartphone Samsung Xcover. Disons le tout de suite, le premier est résistant, un peu lourd, étanche mais pas très ergonomique. Un trés bon téléphone d’urgence. Nous le gardons donc au fond du sac au cas oú. Cependant, si vous voulez le garder chargé, il faut neutraliser la batterie car même éteint, le téléphone se décharge.

Le smartphone nous surprend en bien côté autonomie. Grâce à son mode ultra économie d’énergie (qui n’autorise que quelques applications, comme what’s app, sms, appel ou horloge), il peut tenir 5 jours en voyage.

Lampes de poche

Nous avons chacun une lampe frontale, mammut pour Nath et energizer pour Sylvie. Les piles, même de bonne qualité, ont besoin d’être changées régulièrement pour les deux. L’avantage de la mammut, c’est que sa luminosité ne diminue pas quand les piles sont usées, contrairement à l’autre qui peut perdre plus de la moitié de sa puissance et ce, assez rapidement.

 Il reste beaucoup de matériel dont je n’ai pas parlé, mais la plupart sont des « consommables » : pinces à linges, ziplocs, … Ou bien loin de ce que le tour du mondiste moyen mettrait dans son matériel : planche à découper souple (on a craqué), … Ou que l’on a tout simplement oublié. Libre à vous de nous rappeler à nos manquements si ça vous démange, on ne vous en voudras pas 😉

 

One Reply to “Bilan : comment notre matériel survit-il au voyage ?”

  1. Laurelin

    4 mois déjà ! Que le temps passe vite ! Et je n’ose pas imaginer pour vous, qui voyez défiler les paysages et les kilomètres… Le départ doit vous sembler appartenir à une vie antérieure !
    Vous avez en tout cas du courage de vous taper les pays du Nord pendant les mois d’hiver :p
    Mes pensées avec vous, profitez bien <3
    Laurelin

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *