Death Valley ou la Vallée de la mort sous la pluie

La vallée de la mort ou Death Valley est connue pour ses températures extrêmes, ses dunes de sable et ses mines. Vous me croyez si je vous dis qu’il pleuvait ?

Death valley vuePremières impressions

Nous venions de traverser Las Vegas  – qui, autant le dire, ne nous faisais pas rêver – pour nous engouffrer dans Death Valley. Dans ce désert, en été, le passage est parfois interdit aux campings cars tant il fait chaud.

On ne pourra pas en témoigner : le paysage, bien que désertique, est couvert par un ciel gris. Le comble : il pleut. Nous savons déjà que ce parc aura du mal à nous toucher : ça manque de verdure à notre goût et côté canyon, difficile de passer après Bryce ou Zion.

Mines et ville fantôme

Vu l’ambiance, nous ne tardons pas – après l’habituel tour au Visitor Center – à nous diriger vers Rhyolite, une ville fantôme. Autant le dire tout de suite, ça ne vaut pas Detroit.

Rhyolite

Rhyolite était pressentie pour être LA ville de la région. Une croissance éclair, des mines proches, la recette du succès… Jusqu’à ce que l’exploitation minière ne rapporte plus autant. Elle se retrouve donc abandonnée… Mais de part son rapide essor et les matériaux de construction de l’époque, il n’en reste aujourd’hui presque rien : quelques murs de pierre, un batîment… Et un étrange musée d’art contemporain. Leurs étranges silhouettes sont bien ce qu’il y a de plus fantômatique…

Death valley mineMines de borax

Et oui, il n’y avait pas que des mines d’or à Death Valley !

Le Harmony Borax Works Interpretive Trail vous emmène d’ailleurs à la découverte du Borax et de l’exploitation minière de l’époque. Ne vous y trompez pas pourtant, c’est loin d’être une randonnée ! Vous y verrez surtout d’anciennes installations que vous pouvez observer en toute sécurité.

Il y a de nombreuses mines un peu partout à Death Valley mais les rangers mettent sans cesse en garde les visiteurs. Ces mines sont vieilles et pas entretenues. En conséquence, ce sont des endroits dangereux qu’il vaut mieux observer de loin.

Marches et… petites balades

A cause du temps incertain et du risque de « flash floods », nous n’avons pas fait de grosses randonnées dans ce parc. Bon, il faut aussi dire que les déserts ne sont pas les endroits qui motivent le plus pour de longues marches… Je me demande bien pourquoi.

Death valley selBadwater

Il y a ici une petite marre et je vous déconseille d’y boire car elle porte bien son nom. Selon la légende, un pionnier aurait tenté de faire boire ses mules à cet endroit puis, goûtant lui même, aurait inscrit sur sa carte « Badwater » pour signifier que l’on ne pouvait compter sur cette eau. Le nom serait resté.

Badwater est en fait l’endroit le plus bas d’Amérique du Nord avec une altitude de 86m en dessous du niveau de la mer. C’est surtout un petit désert de sel oú vous pourrez observer la croûte qui se forme sur la terre. Comme dans notre cas, il venait juste de pleuvoir, la couche de sel était en partie dissoute.

Desolation Canyon

Bien que les paysages de Death Valley ne nous parlent pas, nous nous motivons pour marcher un peu à Desolation Canyon. Evidemment, on est bien loin des couleurs folles des canyons de l’Utah mais c’est…joli. Ca ne nous touche malheureusement pas beaucoup et nous préférons passer plus de temps sur …

Death valley duneLes dunes de sable

C’est une expérience assez inouïe que de marcher sur ces montagnes mouvantes. Les paysages y sont plus variés qu’il n’y parait, en alternant entre la couleur jaune du sable et le brun de la terre craquelée dans les cuvettes.

Ici, pas de chemin, vous allez oú bon vous semble ! Nous en avons beaucoup profité, même si on regrette presque de ne pas avoir amené de quoi faire de la luge sur les pentes de sable.

Nos conseils pour visiter Death Valley

Avant d’arriver

Plus que pour tous les autres parcs, préparez vous avant d’arriver à Death Valley. Il est plus que conseillé de remplir vos réserves d’eau et d’essence avant de vous y aventurer : ce parc est gigantesque. Et nous y avons trouvé la station la plus chère de notre périple, à plus de 4$ le gallon en basse saison. Vous voilà prévenus !

Si toutefois vous deviez faire le plein, profitez d’un passage vers Rhyolite pour aller vous ravitailler à Beatty oú les prix, bien que chers, sont abordables

Death valley campingSe loger

A notre grande surprise, Death Valley dispose de plusieurs campings gratuits. Ces derniers fonctionnent sur le principe premier arrivé/premier servi. Nous avons donc dormi à Emigrant Campground qui n’est autorisé que pour les voitures + tentes.

Le sol y est caillouteux et les emplacements petits, vous aurez cependant accès à des toilettes. Le camping était un peu surpeuplé et pour cause : nous y étions le week-end du président’s day, un week end prolongé mis à profit par bon nombre d’Américains pour visiter les alentours.

Comme il n’y a que 10 emplacements à Emigrant, il est conseillé d’arriver tôt. Les places étaient parfois toutes prises avant 18h voire 16h le samedi. La solution ? Venir planter votre tente dès votre arrivée.

One Reply to “Death Valley ou la Vallée de la mort sous la pluie”

  1. Bérénice

    C’est vrai que Death Valley n’a pas beaucoup de verdure mais vos yeux de gourmands n’ont-ils pas remarqué quelque chose? Les montagnes ressemblents à des tiramisus géants!! (source : Bérénice à 17ans 😉
    Et en été, il faut bon chaud pour les lézards. Le choc thermique est surtout visible quand tu reviens dans un bus avec la climatisation à l’américaine (10°C).

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *