Norvège : notre voyage d’Oslo aux Lofotens

Découvrir la Norvège au mois de septembre fut une expérience riche et enrichissante. De belles rencontres, des paysages magnifiques, des surprises bonnes ou moins bonnes… Voilà le récit tant attendu de nos aventures.

Quitter Oslo.

Notre voyage en Norvège commence à Oslo après avoir traverser tant bien que mal la Suède. C’est en bus que nous sommes arrivés sur les coups de 22H. Grâce à Hitchwiki, nous savions oú aller dormir cette nuit. Nous nous sommes donc mis à la recherche d’Ekeberg park. un joli petit parc tout proche du centre (moins de 2km). Le site ne nous avait pas prévenu qu’il s’agissait en réalité d’une montagne… La montée fut bien rude, mais malgré la fatigue, nous n’en avons pas perdu une miette : la vue de là haut est véritablement magnifique. Arrivés en haut – tout proche d’un camping – nous avons pu passer une nuit calme et reposante (et gratuite).

stop Lofoten NorvègeLe lendemain, après avoir été s’informer sur comment aller aux Lofotens et avoir bu un café au Use it, nous ne savions pas trop si nous voulions partir en train ou essayer le stop. Vu la peine que nous avons eu en Suède et tout les avis extrêmement négatifs concernant le stop en Norvège, nous redoutions de partir tendre le pouce. Finalement, nous finissons par décider de tenter l’aventure ! Au pire le train sera encore là demain !

Nous sortons de la ville grâce à l’Ikea bus (là encore, merci Hitchwiki pour ces précieux conseils) ce qui nous permet d’atteindre un bon endroit pour tendre le pouce et de trouver un très grand carton pour indiquer notre direction : les Lofotens.

En Norvège oú ailleurs, Ikéa est un ami des voyageurs et particulièrement des autostoppeurs. Bien localisé, rempli de cartons et avec de la nourriture pas chère, ce célèbre magasin de meuble est presque devenu un compagnon de voyage. Quelques hot dog et 4 parts de pizza plus tard, alors que nous étions en train de finir notre paneau, quelqu’un nous aborde spontannément. Il ne fallut pas longtemps pour délaisser l’anglais pour le francais. Il est suisse et est venu faire un travail sur les ours en Norvège. Lui même ayant beaucoup fait du stop en Europe et au Canada, c’est de bon coeur qu’il nous conduira environ 40km plus loin, direction l’aéroport.

Deuxième jourtente Oslo aux Lofoten

Nous passerons notre 2eme nuit dans les alentours, au bord d’un lac magnifique. Au réveil, il est temps de voir si la chance va encore nous sourire. Bingo ! 5 minutes d’attente avant qu’une voiture ne s’arrête pour nous prendre un bon paquet de kilomètres. En route, elle nous fera découvrir les meilleurs boller qui nous ai été donné de manger. Le Boller est une des patisseries les plus courrantes en Norvège. Ils sont l’équivalent de notre pain au lait sauf qu’ils ajoutent de la cardamone. Si l’envie vous prend, vous pouvez en prendre – avec raison – au pépites de chocolat.
Nous nous ferons déposer plus loin dans une petite ville. De là nous atterrirons au milieux de nulle-part à coté d’une station service. Cela nous rapelle de très mauvais souvenirs : des heures à attendre qu’une voiture ne daigne s’arrêter, en Suède notamment.

Cela ne fut pas le cas. Une voiture s’arrête et nous dis dans un mauvais anglais qu’elle va dans notre direction. Nous venons de rencontrer Mohamed. Nous avons eu le temps de beaucoup parler malgré la barrière de la lange.  En 10h de route, il est aisé de trouver d’autres moyens de communiquer. Nous avons fait plus de 700km avec lui, Sylvie prenant parfois le volant pour lui permettre de se reposer. C’est au milieu de la nuit que nous arriverons vers Trofors soit un peu plus qu’à mi-chemin. Cette nuit, ce n’est pas sous tente mais dans un lit que nous dormirons, car il nous a très gentillement invité chez lui.

Aux portes des Lofotens

cercle polaire 33 parrallèle lofotenAprès une bonne nuit de sommeil, nous repartons pour continuer notre migration inverse. Nous nous trouvons un peu fou car nous voyons les oiseaux partir par milliers vers le sud.

Après avoir attendu 2H et vu 5 voitures (un dimanche sur une route secondaire) nous arrivons à rejoindre Trofors et arrivons à Mosjøen. Par curiosité, nous regardons combien nous coûterais la suite du voyage en train : à peine moins que si nous étions partis d’Oslo. On ne se pose même pas la question, on continue en stop.

Nous ne savons pas encore oú nous allons prendre le ferry, puisque il y en a trois possible pour aller aux Lofotens. Mais nous décidons d’attendre ce que les rencontres nous réservent.

Encore d’autres voitures, d’autres personnes… Toutes très gentilles. Des paysages automnals à couper le souffle et beaucoup de tunels en réparation qui nous obligent à prendre les routes de montagnes quand il y en a. Nous passerons aussi par la case prendre le thé chez quelqu’un et finirons la journée au delà du cercle polaire, après avoir trouvé une voiture qui faisait près de 300km. Nous voilà aux portes des Lofotens.

Camion jaune LofotenLe lendemain, en marchant vers un bon spot pour tendre le pouce, nous entendons un bruit de voiture derrière nous. Nathanaël montre le panneau, juste au cas oú, et à notre grande surprise un énorme camion s’arrête. Il nous invite à monter à bord de son 52 tonnes jaune, nous emmène au ferry et poursuit même son trajet un peu au delà. Il profite de la traversée pour nous montrer des photos de son camion un peu partout en Norvége : dans le plus long tunnel d’Europe (25km), sur de hauts plateaux enneigés, … Ca fait rêver. Nos chemins se séparent ensuite et c’est là que nous découvrons un aliment bien mystérieux.

A la fin de la journée après être passé de voiture en voiture, nous arrivons a Svolvær. Là, en nous mettant à l’abri de la pluie dans un centre commercial, nous ferons la dernière rencontre impromptue de la journée : un francais faisant un tour d’europe a vélo s’appelant lui même l’aventurier du dimanche.

Pour bien finir la journée et fêter notre arrivée dans les Lofotens, après avoir parcourru environs 1500km en à peine 3 jours, nous nous faisons des pâtes au saumon avant de profiter de notre première nuit aux Lofotens.

One Reply to “Norvège : notre voyage d’Oslo aux Lofotens”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *