San Francisco quand on est – vraiment – fauchés !

Internet regorge de sites vous proposant San Francisco à petit budget… et vous renvoyant vers des hôtels à 100$ la nuit ! Découvrez comment nous avons passé 3 jours à San Francisco pour moins de 100$.

san fransisco villeSe loger

C’est LE point épineux ! Difficile en effet de trouver quelque chose d’abordable dans le domaine à San Francisco, pourtant il existe des moyens de se loger gratuitement tout proche de la ville. Oui, gratuitement, vous avez bien lu.

Le Camping

Comme partout, il existe des camping payant autour de la baie de San Francisco… Mais saviez vous que de l’autre côté du Golden Gate se trouvent des campings gratuits ? Pour en profiter, il suffit de réserver par téléphone à l’avance (visez large et soyez flexibles). Une durée de séjour de trois jours par année au maximum est cependant imposée. Plus d’information sur le site de Golden Gate National Recreation Area

Si comme nous vous vous y prenez trop tard et que vous dormez dans votre véhicule, il reste la solution :

L’Overnight sauvage

Malgré nos multiples recherches sur internet, nous n’avions rien trouvé qui nous permette de passer la nuit à San Francisco. Nous tentons donc à l’arrache un park’N’ride : interdit entre 2 et 4h du matin. Zut !

Nous trouvons non loin de là, proche d’une voie rapide et d’une mignone petite lagune (ou lac on ne sait pas trop), un grand espace non goudronné sans aucun panneau. Nous dormons là et bingo, à 23h qui toque à la fenêtre ?

La police !

san francisco parkingIls ont été très gentils et nous ont juste dit qu’on ne pouvait pas dormir là. Comme ne nous savions pas oú aller, ils nous conseillent un petit parking juste à côté de la lagune.

Ce dernier est « plein ». Je mets des guillemets parce qu’en tassant un peu, il y a de la place pour deux voitures de plus mais les gens sont mal garés. Visiblement, ils visionnent pour la plupart des films dans leur auto. Nous demandons poliment à un conducteur s’il a moyen de se décaler de quelques centimètres mais il refuse. Selon lui, sa voiture est en panne et elle ne bouge pas.

Nous nous dirigeons donc vers un quartier résidenciel proche et décidons de finir notre nuit là. A condition de respecter les règles de stationnement, personne ne viendra vous embêter. Nous avons passé les trois jours là, sans déplacer la voiture et sans rencontrer de problèmes.

Se stationner

Là encore, il est possible de se stationner gratuitement proche voire à San Francisco même. Evidemment, plus vous vous approcherez du centre ville, plus ce sera compliqué de trouver. La seule règle pour se garer gratuitement l’esprit tranquille ? Observer scrupuleusement les règles de stationnement.

Pour les non-anglophones, voici la traduction du site officiel des transports de San Francisco.

  • 72h maximum. En l’absence de restrictions supplémentaires (nettoyages des rues, limite de stationement, …) vous pouvez stationner jusqu’à 72h à la même place. Passé ce délai, vous pouvez écoper d’un avertissement, une amende ou même retrouver votre voiture en fourrière. Cette restriction est valable pour tous, quel que soit vos permis, vos autorisations etc.
  • 45cm du trottoir. Lorsque vous vous garer parallèlement à la route, assurez vous d’être à moins de 45cm du bord du trottoir.
  • Dans le sens du traffic. Comme en France, il est illégal de se parquer à l’inverse du traffic. Contrairement à la France, San Francisco ne tolère pas cette pratique. Jamais.
  • Tournez vos roues lorsque vous vous garez en pente. Si la pente est supérieure à 3%, ce qui est fréquent, la ville de San Francisco exige que vous tourniez vos roues afin d’éloigner votre voiture du traffic si vos freins lâchent. En gros, faîtes en sorte que si votre voiture se mettait à descendre la pente, ses pneus viendraient s’appuyer sur le trottoir. S’il n’y a pas de trottoir, qu’elle s’éloigne du traffic. Et en cas de doute, regardez les autres voitures.
  • Vérifiez vos parechocs. A San Francisco, c’est vraiment l’avant et l’arrière de la voiture qui comptent, pas simplement les roues. Vérifiez donc bien que votre parechoc ne mords pas sur un bord de trottoir coloré. De même, si le trottoir s’incurve, la limite qui compte est le bord haut du trottoir.

 

  • Vérifiez les panneaux. Lorsque vous voulez vous garer, regardez bien 30m en avant et 30m en arrière qu’aucun panneau ne vous l’interdise.
  • Bougez votre voiture. Lorsqu’un panneau indique une limite de temps (ou une limite de temps pour ceux qui n’ont pas le permis correspondant), changez de place quand cette limite est atteinte. La loi vous demande de bouger d’un block soit environ 150m, autrement c’est l’amende.
  • Se garer après le nettoyage est autorisé. Les rues ont pour la plupart une restriction de parking de deux heures par jour ou par semaine permettant le nettoyage. Les véhicules bloquant le passage de la laveuse seront amendés, en revanche, vous pouvez vous garer immédiatement après le passage de celle ci, même si l’heure sur le panneau n’est pas encore passée.
  • Zone de remorquages. Certains endroits se transforment en zone de remorquage systématiques à certaines heures de la journée. Surveillez les panneaux car là, pas d’avertissement !

 

  • Laissez de la place aux autres. Afin de maximiser l’espace de parking disponible, lorsque les places ne sont pas matérialisées, approchez vous de la voiture qui vous précède/suit. Pensez cependant à laisser environ 45cm entre les voiture afin que chacun puisse sortir confortablement de sa place.
  • Passages piétons et bordures de couleurs. Ne vous garez pas devant un passage piéton marqué ou non. Contrôlez les bordures de trottoirs. Si elles sont peintes, elles peuvent indiquer des restrictions (interdiction, places handicapés, livraison, débarcadères, …). En cas de doute, ne vous garez pas là.
  • Véhicules handicapés. Si vous disposez d’une plaque ou d’un permis handicapé, vous pouvez vous garer contre les bordures de trottoirs bleues ou aux places réservées. Vous pouvez également ignorer les limites de temps. Vous êtes cependant soumis à toutes les autres règles (remorquages, interdictions, …) ainsi qu’à la limite maximale de 72h.  

Pour toutes questions, reportez vous au site des transports de San Francisco.

Visites de San Francisco à petit budget

San Francisco regorge de choses à voir et à faire gratuitement ou à moindre coût. Si vous aimez marcher, vous adorerez arpenter certains quartiers ou vous perdre dans le Golden Gate Park.

Chinatown

san francisco chinatownPour nous, ce fut un vrai choc. Nous voilà en Asie en avance ! Ce n’est plus de l’anglais que nous entendons mais une toute autre langue. Les vitrines sont pleines de signes incompréhensibles et surprise : on voit finalement peu de touristes. Pourtant, je peux vous le dire, un touriste à Chinatown, ça fait tâche !

Certains préfèrent rester dans la rue principale, celle de la porte du dragon, mais comme nous y sommes allés complètement à l’arrache… Nous sommes arrivés dans des rues annexes à l’ambiance plus authentique. N’étant pas des afficionados du shopping, nous ne ferons que du lèche vitrine culinaire.

san francisco boulle sésameManger à Chinatown

Ca relève du défi ! Surtout lorsque l’on recherche du petit budget. Dans cette foule, avec le ventre qui gargouille, nous devenons vite susceptibles et difficile de trouver quelque chose qui nous fasse envie à un prix abordable. Nous prenons donc une décision : la prochaine fois qu’un rabatteur nous accoste, on le suit.

C’est ainsi que nous tombons sur une petite perle : Chinatown restaurant Peu rassurés au premier abord, la gentille asiatique nous accompagne jusqu’à l’intérieur du restaurant. Elle nous a montré sur le menu un plat « familial » qui suffirait donc pour deux. Nous commandons donc des nouilles sautées avec différentes sortes de viande et des légumes.

Le serveur nous apportera, à notre grande surprise, une petite entrée. Nous apprécions le geste. Le plat est très bon et nous mangeons suffisamment… Notre gourmandise, elle restera sur sa faim. En dessert, on nous apporte de la glace et un cookie de la chance.

Bilan du repas : nous avons mangé pour moins de 15$ pour deux.

Nous nous offrirons cependant des boules de sésame pour la gourmandise… Miam !

san francisco quai 39Les quais : Pier 39

Bienvenue dans un authentique… piège à touriste ! Tout le monde le sait, Pier 39 n’a rien d’un quai classique, c’est une vitrine silliconée que l’on montre allègrement aux vacanciers. Mais… Tout n’es pas à jeter.

Pier 39 vous permettra ainsi d’observer des lions de mer (ou otaries) de très près. On les entends aboyer de loin ! Un espace à en effet été aménagé pour eux : ils peuvent se dorer la pilule tranquille et les touristes sont contents. Vous trouverez aussi un petit centre sur la vie marine juste à côté. Il est gratuit et vous permettra de poser toutes les questions que vous voulez.

Des spectacles de rues sont également organisés au centre du Pier 39 et, si vous allez jeter un oeil aux informations touristiques, vous pourriez obtenir des réductions pour certaines visites. En plus ? Une superbe vue sur la baie, le Golden Gate et Alcatraz.

Ce que nous n’avons pas fait

Comme nous ne sommes restés que trois jours, il y a plein de choses que nous avons « manqué » ou qui ne nous parlait tout simplement pas… Ainsi, si nous avons déambulé dans les rues en pente de la ville, nous n’avons pas cherché Lombard Street par exemple. Pas plus que nous ne sommes allés à la plage, voir les maisons victoriennes, …

California oiseauSe faire plaisir

Et oui, même quand on voyage à petit budget, on peut se faire plaisir ! Nous avons franchement hésité à prendre une carte comme on l’avait fait pour Copenhague, mais il y a à San Francisco plusieurs alternatives. Certaines prennent en compte les transports, d’autres non, on peut choisir plus ou moins d’activités… Bref, ça faisait beaucoup à comparer.

Finalement, nous décidons de ne pas en prendre. On profitera de la ville à pied ou en tramway (pas de cable car). D’autant que comme visite payante, il n’y a vraiment qu’un seul truc qui nous fait de l’oeil : California Academy of Science

Le Golden Gate

san francisco golden bridgeSur internet, on voit souvent la question « Faut-il prendre le Golden Gate ? ». La réponse est oui. Au delà du fait que vous allez pouvoir admirer de très près le fameux pont, sachez que ce dernier ne coûte pas très cher. Il vous en coutera 7$50 pour une voiture classique et ce, uniquement dans le sens Nord – Sud. Vous pouvez donc quitter San Francisco par le Golden Gate sans débourser un seul centime !

Attention toutefois si vous louez une voiture : le péage se fait uniquement par envoi de facture à l’adresse de la plaque ou via le système Fast Trak. Assurez vous donc que le loueur ne vous fera pas payer une surtaxe. Cet avertissement n’est valable que si vous devez effectivement payer quelque chose (sens Nord – Sud) et que vous louez une voiture.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *