Sequoia et Kings Canyon NP en hiver

Les plus gros arbres du monde, ça vous dit quelque chose ? Nous partons à la découverte des séquoias dans le parc éponyme et son voisin Kings Canyon. Retours sur une épopée hivernale.

Une épopée ?

Sequoia la neigeOui, parfaitement, une épopée. Pour que vous compreniez bien pourquoi j’utilise ce mot, remettons en contexte. Nous venions de quitter Death Valley alors qu’il commençait à faire chaud et nous arrivons peu à peu en Californie.

Ahh… La Californie. C’est vert. Il fait chaud. Il y a des orangers partout. On est en Tshirt et on hésite presque à tenter l’air climatisé de notre voiture. Pourtant, quand on se renseigne sur Sequoia, on découvre une information intéressante :

Les chaînes sont obligatoires

Oui, malgré ce grand soleil, pour entrer dans le parc, vous devrez certifier que vous posséder des chaînes et ce malgré vos pneus hiver. Nous les avions acheté une trentaine de dollar au Walmart avant d’arriver et autant le dire tout de suite : elles ont été rentabilisées.

sequoia moi et un arbreSequoia et Kings Canyon en hiver

Vous l’aurez compris, dans ces deux parcs, il neige. Beaucoup parfois.

Côté Sequoia, le parc est comme divisé en deux : les foothills et les sequoias. La première étant comme son nom l’indique aux anglophones la partie en basse altitude, il est globalement possible de circuler partout assez facilement. Pour voir les sequoias, c’est un peu plus compliqué.

Une grande partie du parc est fermé pour cause de neige. Renseignez vous au Visitor Center ou à l’entrée pour savoir quelles sont les routes dégagées et… quelles parties nécessite que vous chaussiez les chaînes.

Pour Kings Canyon, c’est la même chose : une grande partie fermée, chaînes obligatoires. La bonne nouvelle c’est que les routes sont plus larges et serpentent moins. La conduite y est donc plus facile.

Les deux parcs sont habituellement reliés par une route. En hiver, cette dernière croule sous la neige et n’est pas déblayée. Le détour fait environ 100 km.

sequoia cheminLes Foothills

Nous commençons notre visite au pied des montagnes. Au programme, une petite randonnée le long de la rivière.

Avis à ceux qui s’y promèneraient en été ou qui auraient envie de piquer une tête : les courants sont traîtres. Il est donc très fortement déconseillé de s’y baigner.

Sequoia tritonPour autant, le sentier que nous suivons est vraiment chouette. Partant du camping Buckeye Flat – la route y menant est fermée en hiver mais elle est marchable – il se perd au coeur de la nature. Nous y rencontrerons des mule-deer mais aussi des tritons !

L’ambiance calme et bucolique nous charme vraiment. Il y a plusieurs petits ruisseaux à enjamber et malgré l’humidité ambiante, cela reste faisable. Les vues sur les rivières sont vraiment belles.

Sequoia moi dans un arbreEntre les sequoias

Nous montons ensuite dans la partie haute et enneigée de Sequoia NP. La route est sinueuse, pas très large et se retrouve bientôt couverte de neige. Nous chaussons donc les chaînes.

Le Visitor Center nous offre un refuge bienvenu. Ce dernier, différent du plus petit qui se trouve aux Foothills, propose une belle exposition pour en apprendre plus sur les Sequoias. Nous nous dirigeons ensuite vers l’arbre le plus massif du parc.

Il faut savoir que les sequoias ne sont pas les arbres les plus larges (ce sont les baobabs) ni les plus grands (il s’agit des redwood, un cousin du sequoia). Ils sont en revanche les plus volumineux. Le général Sherman est à l’heure actuelle le plus gros arbre du monde. C’est vrai qu’il est impressionnant.

Nous enchaînons avec une balade sur Congress Avenue, qui n’est autre qu’un sentier serpentant entre nombre de ces géants. Attention toutefois, le chemin est mal balisé et les tracés hiver/été sont différents. Nous suivons le circuit été sans le savoir, ce qui nous amènera à sauter deux petites rivières… Mais c’était bien fun !

Sequoia géantKings Canyon

Le parc de Kings Canyon est habituellement immense (même si découpé étrangement) mais en hiver, seule une toute petite partie est ouverte. Nous ne regrettons cependant pas le détour ! En allant voir General Grant – qui est lui même impressionant – nous tombons sur un sequoia creux.

L’arbre est mort, son tronc gît sur le sol. Creusé, il forme comme un tunnel et offre un abri propice. Si propice qu’en 1900, une famille à vécu là, à l’abri de l’arbre. Ce sequoia se décompose petit à petit. Cela fait plus d’un siècle et il est toujours là. Probablement la meilleure découverte de ces deux parcs.

Nos conseils pour visiter Sequoia et Kings Canyon

Se loger

Je parlais d’épopée au début de l’article et je me dois de faire une parenthèse. Il existe à Sequoia un camping gratuit, un peu comme à Death Valley, mais celui ci est excentré. Il faut sortir du parc et suivre une route puis une piste pour y arriver. C’est cependant censé être faisable par n’importe quelle voiture.

Sequoia la boueUne nuit à sequoia

Nous nous engageons donc sur la route qui serpente et grimpe toujours un peu plus. On commence déjà à se demander s’il ne va pas neiger là haut… Nous nous souvenons encore trop bien de notre mésaventure au Grand Canyon. La route se détèriore un peu, le GPS indique encore 8km mais on en a vu d’autres. Et puis, c’était censé être de la piste alors on est plutôt contents.

A 4km du camping, le revêtement s’arrête. Nous commençons à apercevoir les premiers passages délicats. Nous passons un premier ruisseau, des bosses… La route n’est pas assez large pour croiser et elle est à flanc de montagne. Nath descend pour voir si c’est continuable.

Ca devrait passer

Bien, nous avançons encore prudemment. Encore un ruisseau, plus profond celui là… Et l’on sait que ça ne va pas s’arranger. Nous choisissons de faire demi tour avant d’être vraiment coincés… Mais il n’y a pas la place de faire demi tour. Nous voilà donc à reculer, en essayant de négocier les passages délicats malgré la faible visibilité.

Finalement, nous arriverons à faire demi tour après avoir rejoint la partie goudronnée. Nous nous trouverons un bord de route un peu large – en amont de la route, il n’y a qu’une seule maison et le camping, nous ne devrions pas être dérangés – et passerons la nuit ici. Au matin, réveillés par la pluie, nous levons le camps. Ce serait dommage qu’un glissement de terrain nous coupe la route… ou nous engloutisse !

sequoia routeUne autre à Kings Canyon

Echaudés par notre précédente nuit, et comme il commence déjà à faire noir, nous ne prenons pas de risques. La route menant à Kings Canyon est parsemée de « turn-out », certains vraiment larges. Nous en choisissons un et nous passerons une bonne nuit.

Circuler

Comme nous l’avons déjà dit dans cet article, les chaînes sont obligatoires à Sequoia et Kings Canyon en hiver. Renseignez vous sur leur site. Vous pouvez en louer dans les environs des parcs mais pour une journée, cela vous coûtera le même prix que de les acheter à Walmart…

Si vous n’aimez pas les routes sinueuses de montagnes, préférez Kings Canyon à Sequoia. Ce dernier est truffés de passages étroits qui peuvent être rendus franchement difficile avec de la neige.

Surtout, soyez prudents en conduisant.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *