Yosemite : entre rivière et montagne

Nous n’en avions entendu que du bien… Yosemite et sa rivière, tunnel view, halph dome, nous en rêvions déjà. Découvrons ensemble ce qui est magique dans ce parc… Et ce qui l’est moins !

Premières impressions

De nombreuses routes étant fermées, nous empruntons la 140 qui longe la rivière. Tout au long du chemin, nous aprécions le paysage sublime de la vallée… Mais arrivée à Yosemite, notre enthousiasme se voit tempéré par un défi de taille.

Yosemite cheminS’y retrouver.

Yosemite n’est pourtant pas un parc compliqué : il y a globalement deux routes. La première fait le tour de la vallée. En sens unique, elle vous oblige parfois à faire quelques détours. La seconde grimpe dans les montagnes.

Alors pourquoi avons nous mis presque une heure pour trouver le Visitor Center ?

Dans tous les autres parcs, vous le trouverez soit à l’entrée soit en plein centre du parc. Yosemite n’échappe pourtant pas à la règle : son Visitor Center est au coeur du village, au bout de la vallée.

Oui mais voilà, il y a beaucoup de travaux et les panneaux de déviation pour le Visitor Center disparaissent soudainement pour laisser place à un panneau « Sortie ». Oui, parfaitement. Comme la route est en sens unique, vous êtes bons pour faire quelques km de détours.

Yosemite rivière calmeNous finissons par entrer dans le village en prenant une route « véhicules autorisés seulement ». C’était ça oú le « Do not enter ». Et même là, nous faisons le tour du village sans trouver ce Visitor Center.

Le Visitor Center…

Il n’a en fait pas de parking. Il n’est donc indiqué nulle part ! Si vous voulez vous y rendre, garez vous à n’importe quel parking de navette – pour autant, il faut savoir oú passent les navettes – ou sur le parking du centre commercial. Vous devrez ensuite marcher pour vous y rendre, mais ce n’est pas long.

Bon, c’est pas si grave mais sur le coup, ça nous a bien énervé… Surtout que ce n’est précisé nulle part : ni sur internet, ni sur la carte, ni sur le journal qu’ils donnent à l’entrée. Vous voilà prévenus !

Yosemite en hiver

Là aussi, il y a du cool et du moins cool.
Yosemite arbre glacéLa partie peu sympathique c’est que la majeure partie des routes sont fermées. Ainsi, la 140 devient par moments la seule voie d’accès. A l’intérieur du parc, seule la route de la vallée et une partie de la route de montagne sont ouvertes ce qui limite grandement les possibilités d’exploration.
Ajouter à cela, la fermeture de très très nombreuses marches. Globalement, vous allez pouvoir marcher au bord de la rivière et vous approcher de certaines chutes d’eau. That’s it !

En revanche, le côté chouette c’est que Yosemite dispose de sa propre station de ski ! Les prix y sont abordables pour peu que vous voyagiez un peu moins cheap que nous… Nous n’avons donc pas testé – même si on aurait pu se le permettre – n’aimant pas assez le ski pour cela. Par contre, leurs marches guidées gratuites se font en raquettes et celles ci sont gentiment prêtées par les rangers ! Un bon moyen de s’y essayer. Pour les soutenir, vous pouvez cependant faire une donation libre (montant recommandé : 5$)

Marches et randonnées

Yosemite rivière 2Comment risquer sa vie sur Lower Yosemite Falls trail

Sur les indications du Visitor Center, nous allons à pieds découvrir Lower Yosemite Falls. Le ranger nous explique vaguement que nous devons aller jusqu’au parking de la navette puis tourner à droite parce qu’une partie du trail est fermée. Il insiste fortement sur le fait qu’il ne faut pas passer les barrières, que c’est très dangereux.

Nous arrivons donc sur le parking qui longe la route et trouvons un panneau qui indique « Lower Yosemite Falls » à droite. Parfait ! Sur le chemin, un avis indique :

Beware Frazil Ice

Nous suivons donc le chemin qui disparait bientôt sous de la neige. Comme de nombreuses personnes avant nous – en témoignent les traces de pas – nous continuons malgré tout. La neige, bien compacte, supporte notre poids sans soucis.

Nous avançons sans nous rendre compte que les autres traces de pas ont disparu. Ici, la neige semble plus fragile, nous passons au travers par moments puis Nath commence à pester.

Fais attention, il y a beaucoup d’eau en dessous

Yosemite rivièreJe m’enfonce à mon tour des deux pieds. L’un se retrouve plongé dans l’eau glacée et je me jette à plat ventre pour garder le second au sec. Entre rire et larmes, il me faudra de nombreuses minutes pour me relever. Je me suis coupée à la main – rien de méchant – mais surtout je m’en veux de ne pas avoir insisté parce que ce chemin, je ne le sentais pas.

Nous faisons demi-tour. On découvrira plus tard dans la journée qu’un autre chemin existe. Il part effectivement sur la droite après le parking, au niveau des toilettes. Après le parking. Et il n’est pas fléché avant que vous tombiez dessus.

Là, il y a effectivement des rubans pour vous empêcher de vous aventurer sur la fameuse « frazil ice  » et les paysages sont magiques. Nous apprenons encore une fois à ne pas nous fier aveuglement à toutes les indications de Yosemite NP.

Au bord de la rivière

Notre mésaventure nous ayant ouvert l’appétit, nous mangeons Cathedral Beach. Nous profiterons du soleil de début d’après midi pour faire sécher mes chaussures et nous promener tranquillement en bord de rivière. C’est une balade très rafraîchissante et plutôt libre.

Promenade guidée en raquettes

Yosemite raquetteEn feuilletant le journal, nous étions tombé sur cette activité : balade guidée par un ranger, en raquettes. Le matériel est gracieusement fourni par le parc et aucune réservation n’est requise. Le rendez vous est donné à la station de ski pour 10h du matin.

Nous faisons là connaissance avec notre guide. Elle nous raconte l’histoire des raquettes, comment ont-elles été inventées et à quoi elles servaient. Puis on nous distribue des raquettes – attention, ils n’en ont pas pour les enfants – et nous partons.

Le chemin suit une piste de ski de fond. Plusieurs arrêts sont fait pour parler un peu de la nature, du parc et de son histoire. Nous sommes un peu déçus de suivre une piste et non un petit chemin mais l’on apprends beaucoup de choses. La ranger parle cependant vite et il est difficile de tout comprendre.

Notre guide, qui est aussi photographe à ses heures, nous donne quelques conseils pour photographier les plus beaux endroits de Yosemite. Nous avons ainsi une explication aux attroupements de voitures à certaines heures le long de la route : une chute d’eau visible uniquement au printemps et par certaines conditions qui donne un effet doré au rocher.

Le phénomène n’est cependant pas assez puissant à ces jours ci pour que nous ayons envie de nous aglutiner avec d’autres photographes pendant des heures, attendant le moment parfait.

Bridalveil Fall

Yosemite chutteIl s’agit ici d’une toute toute petite marche… Prenez pourtant vos crampons, ils vous seront indispensables ! En effet, la vue de cette cascade en hiver/au printemps est absolument magique. On se croirait dans un conte de fée.

Mais pour cela, vous devrez braver les élèments ! Le ciel risque fort de vous tomber sur la tête… Les arbres sont pris dans une épaisse couche de glace qui rends le tout féérique. Cependant, un coup de vent peut à tout moment faire tomber de gros glaçons. Et devinez qui est en dessous ?

Le sol ensuite. A cause de l’humidité environnante – ahh les cascades brumeuses – ce dernier est une vraie patinoire. Si c’est praticable sans crampons sur le plat, ça devient vite une sacré aventure quand le sol s’incline. Nous aiderons même une famille sans crampons à passer et autant vous le dire, les parents galèrent plus que les enfants !

Mais ce qui se cache là haut vaut vraiment la peine d’être vu.

Yosemite coyoteVoir des animaux

Yosemite est en partie connue pour sa faune sauvage. Si en hiver, il est plus rare d’apercevoir des animaux, nous avons eu la chance d’observer deux coyotes… Et par là même, le comportement indélicat de certains visiteurs.

Nous sommes proches du village quand nous apercevons un bonnet orange fluo s’agiter. Nous repérons aussitôt un coyote, assez proche de deux touristes, sur un chemin. Garant la voiture, nous nous dépêchons pour observer l’animal.

Yosemite touristesRencontre avec ce qu’il ne faut pas faire

On s’aperçoit vite que nos ébergumènes vocifèrent – pour ne pas dire hurlent – dans un téléphone tout en gesticulant. Les coyotes – car il y en a deux – passent très proche d’eux mais par leur comportement, ils les font fuir. L’un d’eux, téléobjectif digne d’un lance roquette à la main, s’allonge en travers du chemin pour prendre des photos.

Ils ne prêtent pas attention à nous, manquent de nous bousculer et font fuir toujours plus loin les coyotes. Repérant un chemin qui pourrait contourner les animaux, nous enjambons le photographe – impossible de passer autrement – pour nous rapprocher. Nous marchons sans bruit, enfin tranquilles quand nous voyons…

Nos deux compèrent qui quittent le chemin, dans une zone visiblement protégée, pour suivre les coyotes. Ils essayent de se rapprocher mais les coyotes fuient toujours… Et évidemment ils ne prêtent aucunement attention à toute la flore qu’ils écrasent gaiement.

Le chemin que nous suivons est séparé de la zone oú se trouvent les coyotes par un grillage en plastique indiquant clairement

Revegetation area, keep off

Nous voyons alors débarquer une troisième personne – celle qu’ils essayaient de joindre au téléphone – qui s’empresse de franchir les barrières… Alors même que nous venions de lui expliquer à quel point ce comportement est destructeur.

Yosemite coyotesExcédée, je m’éloigne avec l’appareil photo, sur la pointe des pieds. Distançant les malotrus, j’ai la chance de voir les coyotes de très près, ces derniers s’approchant même du grillage alors que je reste immobile.

Pendant ce temps, Nath les interpèlent et leur explique calmement qu’ils sont précisément en train de détruire ce qu’ils semblent apprécier. S’il est encore possible de voir de la vie sauvage dans les parcs c’est principalement parce que cette dernière est respectée… et laissée tranquille. L’un à l’air vaguement touché mais les autres sont à peine gênés…

Comme nous le disions dans l’article introduisant les parcs nationaux, ils est important de préserver ces endroits sauvages. Les parcs sont des environnements fragiles qui reçoivent chaque année un nombre croissant de visiteurs. Si chacun n’adopte pas un comportement responsable, ces merveilles seront bientôt détruites… Pensez-y !

Nos conseils pour visiter Yosemite NP

Se loger

Yosemite glaceIl n’y a pas de camping gratuit proche de Yosemite qui soit pratique en hiver. Les routes étant fermées, ils obligent à de nombreux détours. Il existe alors deux solutions : Camp 4, un camping réservé aux tentes (pas de voiture) mais à un prix abordable à l’intérieur même du parc ou trouver un turn-out sur lequel rien n’indique « no overnight ».

Trop frileux – et radins, vous pouvez le dire – pour dépenser les 6$/personne requis pour le Camp 4, nous choisissons la deuxième option. Compte tenu de l’affluence touristique, ce n’est envisageable qu’en très basse saison et en de très rares endroits… A vos risques et périls bien sûr !

Informations pratiques

En hiver, nous avons eu beaucoup de soucis à obtenir des informations justes et précises. Prévoyez donc toujours un plan de secours et suivez votre instinct. A titre indicatif, nous sommes tombés sur des toilettes fermées pour la saison mais indiquées comme ouvertes toute l’année sur le plan. Si vous êtes pressés, visez celles proche d’un point d’intérêt connu : chute d’eau, centre commercial, visitor center, … Et oubliez celles qui bordent la rivière.

Demandez une carte détaillée au Visitor Center… En effet, toutes les cartes n’indiquent pas les arrêts de la navette voire les chemins de randonnée. Et celle que l’on vous donne à l’entrée n’est de loin pas la plus précise ! Préférez celle du journal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *